SCOT

L’étude urbaine et paysagère sur la commune

De Saint-Romain-en-Gier à Andance (en Ardèche), une étude d’urbanisme a été lancée sur les communes de la côtière en rive droite du Gier et du Rhône. Cette étude, qui se termine le premier semestre 2013, a été portée par les syndicats mixtes du Scot Rives du Rhône et du Parc naturel régional du Pilat.

Le constat d’un « destin partagé »

Les communes de la côtière doivent composer avec de nombreuses contraintes: risques d’inondation, présence de nombreuses infrastructures routières et ferroviaires, coteaux abruptes… Leur richesse environnementale est également remarquable, avec la présence de nombreux sites naturels recensés.
Par conséquent, les capacités de constructions nouvelles (logements, activités économiques…)  se trouvent le plus souvent très limitées sur ces communes et le moindre petit développement peut être source d’impacts irréversibles sur l’agriculture, l’environnement et les paysages.
Il est donc nécessaire, dans l’intérêt général de ce territoire et de ses habitants, de prendre le temps d’une réflexion partagée et globale, seule garante d’un développement durable à long terme.

Inverser le regard sur les espaces agricoles et naturels

L’objectif final de l’étude était de déterminer clairement et à long terme les espaces à préserver de toute urbanisation.
Pour se faire, il a fallu identifier et reconnaître les plus-values paysagères de ces espaces, leurs valeurs agricoles, leur rareté environnementale. Il s’agissait donc d’une vision qui consistait, non pas à « regarder d’abord où l’on veut construire », mais à « délimiter les espaces qu’il ne faut pas altérer pour en déduire ceux susceptibles d’être un jour urbanisés ». Une analyse approfondie du tissu urbain des communes va être également produite pour estimer le nombre de logements susceptibles d’être construits par densification, sans consommer de foncier.

A l’issue de l’étude : un « schéma de secteur » pour le Scot et un « plan paysage » pour le Parc du Pilat.
L’ensemble de ces analyses est retranscrit dans deux documents :
-le « schéma de secteur » du Scot : ce document d’urbanisme déclinera et précisera réglementairement les capacités de développement urbain envisagées par le Scot pour les communes de la côtière. C’est un « zoom du Scot» qui s’imposera aux PLU.
-le « plan paysage » du Parc du Pilat : ce document vise à assurer la protection et la mise en valeur des paysages, par le biais d’orientations détaillées, déclinées dans un cahier de recommandations à destination des élus et des habitants, ainsi qu’au travers d’un programme d’actions.

Concernant Echalas

Contrairement aux autres communes, la commune d’Echalas n’appartient pas géographiquement à la côtière. Elle a été intégrée au périmètre d’étude pour deux raisons principales :
-en premier lieu, parce que le périmètre d’un « schéma de secteur » doit être géographiquement d’un seul tenant et sans enclave ;
-deuxièmement, parce que la commune d’Echalas est située à proximité immédiate de la vallée du Gier. Il était donc intéressant de l’intégrer à la réflexion.

Une démarche participative a été mise en place pour permettre aux habitants qui le souhaitaient d’aller plus loin qu’une simple information et de contribuer à la construction de ce projet de territoire. Puisque la préservation de notre cadre de vie et de celui des générations futures nous concerne, des groupes de travail citoyens ont été mis en place pour permettre aux habitants intéressés de s’exprimer, donner leur vision, faire des propositions qui ont enrichi les débats et alimenté les productions.

plus d’infos :
http://www.scot-rivesdurhone.com/
http://www.parc-naturel-pilat.fr