Syndicat des eaux

Syndicat intercommunal des eaux des monts du Lyonnais

Parmi les syndicats intercommunaux qui interviennent sur notre territoire, il en est un de première importance dont nous utilisons les services tous chaque jour et que nous identifions pourtant très mal : le Syndicat intercommunal des eaux des monts du Lyonnais et de la Basse vallée du Gier (SIEMLY). Généralement confondu avec la Société de distribution d’eau intercommunale (SDEI), ces deux entités sont liées contractuellement, mais ont des activités  différentes.

Le SIEMLY est une collectivité publique à laquelle adhèrent 74 communes des départements du Rhône et de la Loire. Il assure la production et la distribution de l’eau potable aux 69 540 usagers qui résident sur son territoire. Il réalise les investissements nécessaires pour le développement, le renforcement ou le renouvellement du réseau et des ouvrages.

La SDEI est une société privée qui a été retenue par le syndicat pour assurer la délégation  de service public de l’eau. Elle a la charge de la distribution de l’eau, du bon fonctionnement des ouvrages, de la continuité du service de l’eau potable, de la qualité permanente de l’eau distribuée et de la gestion des comptes clients.
La délégation de service public, d’une durée de 12 ans, a été renouvelée le 1er  avril 2010.

 

Histoire

Dès 1947, des élus du canton de St Symphorien sur Coise se mobilisent pour engager une longue prospection sur la ressource en eau. Ces recherches s’orienteront d’abord dans les alluvions du fleuve Loire. Hélas, la ressource apparaît bien aléatoire. C’est finalement la nappe d’accompagnement du Rhône qui offrira une ressource bien supérieure aux besoins des usagers de notre territoire.
Crée le 8 avril 1948 entre 24 communes, le SIEMLY s’étoffera à 45 communes en 1953 et en compte aujourd’hui 74 (Loire 27, Rhône 47).
Il faudra alors rassembler la volonté farouche des élus et l’ingéniosité du bureau d’études pour acheminer l’eau depuis Grigny (Altitude 150 m.), franchir le verrou de Ste Catherine (735 m.) et enfin acheminer l’eau jusqu’à POUILLY les FEURS et NERONDE.
Aujourd’hui, le SIEMLY est l’un des plus importants syndicats de production et de distribution d’eau potable au niveau des départements du Rhône et de la Loire.

 

Technique

Le réseau du Syndicat

La ressource exploitée pour alimenter notre réseau se situe en retrait des berges du Rhône à Grigny. L’eau n’est pas puisée directement dans le fleuve, mais dans sa nappe d’accompagnement. Huit puits creusés entre 12 et 15 mètres de profondeur assurent la production quotidienne moyenne de 15 000 m3/jour avec une pointe historique le 18 août 2003 avec près de 32 000 m3 puisés.
A Grigny, deux unités de pompage, chacune équipée de trois pompes d’un débit de 300 à 1200 m3/h, constituent le premier étage des chaînes élévatoires.
L’eau est ensuite acheminée par deux canalisations, depuis Grigny jusqu’aux réservoirs de Sainte Catherine: la plus ancienne en diamètre 500 mm a nécessité 3 paliers intermédiaires (réservoir de reprise et pompage) ; la plus récente en diamètre 800 mm a pu franchir le dénivelé avec 2 stations intermédiaires. A partir de Sainte Catherine (70% du volume produit à Grigny transite par ce point), l’eau est distribuée gravitairement. Des stations de pompage assurent la desserte des secteurs les plus élevés.

Pour couvrir le territoire du Syndicat (de Condrieu à Pouilly-lès-Feurs), le réseau comporte :

  • 2 400 km de canalisations.
  • 21 stations de pompage
  • 56 réservoirs (36 000 m3 d’eau stockée)
  • 525 réducteurs de pression.
  • 2 364 poteaux d’incendie.

Pour pallier aux défaillances toujours possibles des installations ou pour faire face à une situation de pollution de la ressource, des interconnections de réseaux entre collectivités ont été mises en place.

 

Pour Échalas

C’est le 16 mars 1952 que la commune d’Echalas décide d’adhérer au Syndicat des eaux des monts du Lyonnais pour permettre en priorité à la fromagerie de fonctionner. Les derniers  hameaux ne seront alimentés par le réseau public qu’en 1976.
Une première alimentation d’un diamètre 15 cm, monte en 1960 par la coursière depuis  St Romain en Gier.
En 1986, une seconde conduite de diamètre 20 cm monte à la Madone. Elle alimentera Trèves et le réservoir de la Croix de Rampaux, puis le réservoir de la Croix Régis.
Le réseau du Syndicat est maillé en sous réseaux (nord et sud). Chaque sous réseau est scindé en secteurs.
Echalas, avec 620 foyers bénéficiant du réseua d’eau,  fait partie du « sous réseau sud » allant de Grigny (station de pompage) à Pomey (réservoir du crêt).

Notre secteur de distribution concerne les communes d’Echalas, Longes, les Haies, Trèves.
Deux réservoirs de capacité importante (Longes l’Islande (300m3 et Croix Régis 500m3), permettent pour partie à cette alimentation.
Le réservoir de la  Croix Régis alimente le secteur voisin, côté vallée du Rhône, (St Cyr/Rhône, St Romain en Gal…)
Comme pour tous les secteurs du syndicat, le maillage du réseau est tel qu’en cas de rupture de canalisation l’abonné subit une nuisance en cas de  manque d’eau, réduite au temps de basculement des circuits d’alimentation.
Les volumes mis en distribution pour ce secteur sont en moyenne de 15m3/h. Le relief et les zones d’implantation des canalisations rendent l’exploitation délicate et les fuites demeurent importantes (environ 5m3/h) et difficiles à localiser.

 

Le Syndicat en chiffres

Voici quelques indicateurs chiffrés tirés du rapport annuel de l’année 2009.
Le syndicat compte 30 155 abonnés et dessert ponctuellement ou en totalité 17 collectivités voisines (vente en gros).
La production prélevée sur la nappe souterraine a été de 5 288 662 m3 qui ont été utilisés pour :

La consommation : 2 663 154 m3.
Les ventes en gros : 582 616 m3.
Le surplus : 2 042 892 m3 a été utilisé pour les besoins de service (lavage annuel des réservoirs et installations, purge du réseau), la défense incendie des communes, ou perdu dans la nature à la suite de casses ou de fuites non détectables.

L’indice linéaire de perte est un indicateur permettant d’évaluer la qualité du réseau au niveau national. Pour le SIEMLY il est de 2 m3/km/jour, indice considéré satisfaisant pour  un Syndicat situé en zone rurale.
L’amélioration de la performance du réseau est un objectif permanent pour le Syndicat.

Le renouvellement, le développement, la sécurisation du réseau constituent une charge annuelle entre 5 et 6 millions d’euros pour notre collectivité.
A ces dépenses, il faut ajouter le coût de l’entretien courant supporté par l’exploitant et la charge qui lui incombe du remplacement des « petits équipements ».

Le 2ème poste de dépenses du SIEMLY résulte du remboursement des emprunts. Le syndicat  rembourse chaque année 1,5 million euros aux établissements financiers. Cette ligne a sensiblement diminué ces  dernières années.
Sur la base d’une consommation de 120 m3/an, le coût du m3  TTC, hors assainissement, qui était de 2,69 € en 1995 et de 2.40 € en 2001, s’établit à 2,25 € au 1er avril 2010.

 

Les éléments sanitaires et qualitatifs

L’eau distribuée par le syndicat est naturellement potable et ne subit aucun traitement. Pour assurer le maintien de sa potabilité, dans son parcours jusqu’au robinet de l’usager, une injection de chlore gazeux est réalisée dès le puisage puis renouvelée ponctuellement sur le réseau de distribution.
L’eau distribuée est régulièrement contrôlée par l’exploitant en interne et par les DDASS du Rhône et de la Loire.

 

Cliquez ICI pour télécharger le rapport 2014 sur la qualité de l’eau d’alimentation établi par le Syndicat Intercommunal des Eaux des Monts du Lyonnais et de la Basse Vallée du Gier

 

Contacts

Syndicat Intercommunal des Eaux des Monts du Lyonnais et de la Basse Vallée du Gier (SIEMLY)

180, rue St Etienne BP 25 69590 Saint Symphorien sur Coise

Tél : 04 78 48 42 41 – Fax : 04 78 44 55 17

syndicat-eau-mly@wanadoo.fr